Contre Jour

Publié le par W.FAURE

Qu'est-ce qu'on peut se payer aujourd'hui pour 79 centimes ? Une toute petite poignée de bonbons ? Un croissant ou une baguette pas fraîche que votre boulanger n'a pas eu le cœur de jeter ? Quelques menues minutes de stationnement dans un horodateur ?... Bref, vous feriez aussi bien d'investir cette somme modique dans l'une des petites perles qui a fait son trou sur l'App Store comme c'est le cas de Contre Jour.

Contre Jour

Il faut bien avouer que l'App Store est parfois une véritable jungle où pullulent des applications pas forcément très intéressantes et des jeux pas toujours très inspirés. Il est souvent difficile de retrouver son chemin dans ce dédale de programmes mais, heureusement, les appréciations laissées par les autres utilisateurs permettent de donner de la visibilité aux titres qui le méritent. C'est le cas de Contre Jour, un jeu proposant un gameplay plutôt classique alliant adresse et réflexion mais qui marque surtout par l'incroyable ambiance qui s'en dégage. Le soft est en effet à la fois porté par un design léché et par une bande originale de toute beauté.

Test Contre Jour iPhone/iPod - Screenshot 1Ces cordes vous permettront de pendouiller jusqu'à la sortie du niveau.

Si vous êtes un familier de l'App Store et plus particulièrement des jeux édités par Chillingo, vous n'avez pas pu passer à côté du très inventif Cut the Rope. Il s'agit d'un titre dans lequel vous devez tirer des ficelles et jouer sur la physique pour accompagner des bonbons jusqu'à la gueule d'un mignon petit monstre. Le but n'est pas seulement d'atterrir dans la bouche du glouton, il faut aussi essayer de récupérer les trois étoiles présentes sur chaque niveau. Contre Jour reprend exactement le même principe de base que son illustre aîné, à la différence près qu'il s'agit ici de diriger une petite créature rondouillarde vers la sortie de chaque niveau en récupérant au passage d'étranges lueurs bleutées. Difficile de fermer les yeux sur ces similitudes et pourtant le gameplay de Contre Jour propose des particularités qui méritent le coup d'œil. Il n'est bien entendu pas possible de guider la bestiole directement, pour l'amener à bon port il vous faut modifier le relief du terrain ou l'accrocher à des cordes et à des tentacules. Du bout de vos doigts, vous pouvez créer des pentes sur lesquelles la petite boule roulera ou organiser des lianes plus ou moins élastiques pour faire en sorte qu'elle pendouille jusqu'à l'autre bout de l'écran.

Test Contre Jour iPhone/iPod - Screenshot 2On peut s'accrocher à plusieurs lianes à la fois pour éviter les pièges.

Les mécanismes sont toujours simples mais ils sont assez variés pour que le jeu ne s'enfonce jamais dans la routine. On découvre ainsi petit à petit des portails qui permettent de se téléporter ou des tentacules montés sur des poulies et qui peuvent être déplacés. De nombreux pièges viendront aussi égayer votre aventure et vous obliger à vous creuser un peu la tête pour éviter de mourir avalé par des plantes carnivores ou de vous écorcher sur des cactus. Au final le titre propose ainsi une soixantaine de niveaux répartis sur trois chapitres qui vous tiendront occupé un peu plus de deux heures. On peut trouver que le compte est léger mais les développeurs nous promettent déjà d'ajouter bientôt un quatrième chapitre et il faut rappeler que le jeu ne coûte que 79 centimes. Au delà de ces considérations bassement matérielles, il faut bien insister sur le fait que Contre Jour vaut aussi et surtout le coup pour son ambiance incroyablement poétique. Les auteurs ont beau faire référence au Petit Prince, le design de leur bébé fait davantage penser à celui de World of Goo : on a droit à des graphismes naïfs et à des superbes effets d'ombres chinoises. Le tout est sublimé par des morceaux de piano enchanteurs qui finiront de vous immerger dans cette atmosphère romantique. Finalement ce Contre Jour n'est peut-être pas très orignal sur le fond, mais il propose un gameplay efficace et une ambiance soignée qui sauront certainement vous séduire.

Publié dans Autres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article